La Renaissance

La Renaissance (environ 1492-1598) ce sont les prémices de l’apparition pour les villes de l’ère moderne. Après le désordre spatial des villes médiévales, les rois, mais aussi toutes les personnalités royales (princes marquis..) veulent embellir la ville pour y laisser leur empreinte.

Ce mouvement (le quattrocento ou 15ème siècle italien)  part de la Florence des Médicis. La pensée de l’art renaissant est théorisée par les écrits d’Alberti (architecte italien 1404-1472). De nombreux ouvrages joueront un rôle de premier plan dans l’évolution de cet art. De Pictura, traité de peinture rédigé en 1435 et son fameux traité d’architecture De Re Architectura (1450)qui lui donnera une autorité comparable à Vitruve[1].

C’est l’heure des beaux ordonnancements, des perspectives et des symétries.  La renaissance réintroduit les formes géométriques tel que le cercle, le polygone, mais aussi les structures en étoiles introduites dans une dimension militaire.  Elle facilite le contrôle des villes qui ont des murailles de cette forme.

Les rois de la fin du 15ème siècle, en guerre contre l’Italie, découvrent dans ce pays des formes nouvelles et ramènent des artistes en France.

Le premier souverain à s’éprendre de la renaissance fut Charles VII, suivi de Louis XII et de François 1er  (1494-1547)

 C’est sous François 1er que la Renaissance arrive en France. Séduit par son génie, il fait venir Léonard de Vinci en 1516 au château de Cloux, près d’Amboise avec le titre de «premier peintre, ingénieur et architecte du roi»

 

Depuis Charles VII, les souverains avaient une prédilection pour le Val de Loire et de nombreux châteaux médiévaux[2] vont être transformés. Leur rôle défensif n’étant plus indispensable en raison de l’unification du royaume, ils sont percés de grandes fenêtres ; l’escalier à rampes droites remplace l’escalier à vis, et souvent une ou plusieurs ailes sont abattues de façon à créer une ouverture sur des jardins « à l’Italienne », avec parterres géométriques et symétriques, nymphée, charmilles.

Louis XII fait ainsi remanier les châteaux de Blois, Amboise, Chaumont, Gaillon.

François 1er, celui de Chambord, qui conserve néanmoins une structure médiévale : puissantes tours, et partie centrale formant donjon.

Ayant choisi de faire de Fontainebleau sa résidence officielle, François 1er y a crée un foyer d’italianisme et confie la décoration et l’aménagement à des artistes italiens.

La perspective devient monumentale puisque le monument devient quelque chose qui doit être vu sous son plus bel angle. Il doit être visible dans l’axe d’une rue et apparaître sous l’angle d’une perspective monumentale.

L’exubérance, des formes et des décorations, précise et accentue encore plus le style renaissance qui prend le nom de Baroque.

Le mot Baroque est issu du portugais baroco, « pierre irrégulière ». Ce mot exprime aussi l’étrange, l’extravagant, l’insolite, la bizarrerie. Ce style souvent décrié est aussi méconnu.

Succédant à la Renaissance, l’art baroque se développe d’abord en Italie à la faveur de la Réforme catholique impulsée par le concile de trente (1545-1643). Dès lors il s’affirme jusqu’au milieu du XVIIIème siècle en véritable art universel et s’épanouit à travers l’Europe catholique et le Monde entier (Afrique, Amérique du sud.)

L’architecture baroque sculpte, multiplie les plans, prime une façade décorative, utilise la courbe, l’ovale, la coupole et s’attache à produire un effet théâtral. L’art baroque joue avec les perspectives fuyantes, les trompe l’œil, les anamorphoses. L’excès produit une véritable débauche de fioritures et d’ornements et le goût pour le mouvement et l’illusion.

Son influence fut importante dans la vie religieuse et dans la  société civile.

Dans les églises, il est devenue un véritable instrument politique pour s’adapter à la contre réforme et garder ainsi le peuple dans le vrai foi. L’action des évêques et des ordres religieux a donc été un facteur décisif dans la diffusion du baroque dans toute la France pendant tout le XVIIème siècle. C’est essentiellement par sa décoration intérieure et l’organisation de l’espace que s’affiche l’art baroque dans l’église française : décor monumental peint ou sculpté du maître autel mais aussi des baldaquins, des tabernacles et des chaires abondamment décorées.

Dans la société civile, l’art baroque joue un rôle de représentation, d’affirmation de la puissance publique. Le château de Versailles constitue l’exemple le plus magnifique de Baroque à la française ou tout éblouit, et ou tout étonne. Idem avec les contreforts en volute de la Corderie de Rochefort. Ce style d’architecture se retrouvent aussi dans les hôtels particuliers qui se sont construits à cette période (Hôtel de la monnaie à Avignon, hôtel de ville d’Arles…) [1]

La place devient un nouveau type de formes spatiales dont l’homogénéité de l’architecture fait le caractère et l’esthétique.. (Place Vendôme à Paris, place Stanislas à Nancy) Tout est fait pour enchanter l’illusion spatiale, les proportions, la géométrie, les jeux d’ombre et de lumière. Le style baroque, qui s’étalera du XVIème au XVIIIème siècle , apporte le mouvement, le spectaculaire. Il recherche la mise en valeur des formes urbaines. Toutes ces places disposent en leur centre, pour mettre cette fonction à l’honneur, de la statue du roi comme chef des armées C’est selon des normes strictes de proportion que les façades sont percées de fenêtres.

C’est aussi à cette époque que l’espace public, et plus largement l’environnement urbain tel que nous le définirions aujourd’hui prend son envol. Avec les places, on assiste à la mise en place de fontaines et d’aménagement paysager d’accompagnement.

Ainsi, c’est l’époque de la création des parcs qui cherche à émerveiller ou les alignements sont là aussi légions et ou les jeux sont faits  pour enchanter les courtisans.

Paris était à la fin de l’époque médiévale une des viles les plus importantes d’Europe. En 1528, François 1er décide, de quitter le val de Loire pour y loger à Paris. A ce moment là, Paris après s’être construite au fil des siècles devient la métropole des métropoles. C’est à partir de cette période que progressivement on ne se sent pas de la même nature suivant que l’on habite à Paris ou en Province.

Par la suite, Henri IV qui s’est converti au catholicisme succède à Henri III en 1594. Il se lance dans de grands travaux. Il fait agrandir le Louvre et les Tuileries, crée la place Royale en 1605 (actuelle Place des Vosges achevée par Louis XIII) Il transforme la Cité et Saint-Germain. Il fait achever le Pont-Neuf et l’Hôtel de Ville.

Pour Françoise de Choay [1], « C’est au cours du XV siècle que l’art s’autonomise pour devenir l’art urbain . Lentement il a pu s’imposer dans ce qu’on nommait alors l’embellissement et contribuer à la beauté des places et à l’aménagement des jardins »[2]

Du XVIIème siècle, on retient que Louis XIV devient roi de France. Dans son statut de monarque absolu, il construit, après avoir quitté le Louvre, son palais à Versailles. L’art renaissant évolue vers le classicisme. Vauban met en place une architecture militaire, les fortifications, qui lui est spécifique pour défendre le pays. Ce commissaire général des fortifications, puis lieutenant général des armées sous Louis XIV construit 33 places fortes et en aménagent près de trois cents.

Les villes nouvelles ou les villes industrielles manifestèrenet l’espoir manifestèret l’esprit de l’urbanisme en ces siècles. Outre Vauban, lart classique se retrouva rinicpaent à Versailles ou les avenues convergent en rayons vers la demeure du roi.

La renaissance crée un nouvel espace urbain sur lequel Descartes théorise et pense après avoir critiqué la ville médiévale.

Au XVIème  siècle Anvers était un puissant centre commercial. Par contre c’est à partir du XVIII siècle que Londres a commencé à se développer.

Au  XVIème siècle la route a commencé à revêtir son aspect moderne. Le pavage et les plantations d’alignement y apparaissent. Sully et Colbert y mettent leur vigoureuse empreinte. Le corps des ingénieurs des ponts et chaussée est créé au XVIIIème siècle.

Le réseau routier se crée avec Paris comme centre ce qui marque et accroît la force de rayonnement de la capitale royale.  Par la suite les progrès réalisés tant sur les véhicules que sur les voies ont permis aux villes de se rapprocher.

L’organisation des voies d’eau remonte au XVIIème siècle. Le premier canal de Briare qui relie le bassin fluvial de la Seine à celui de la Loire a été établi en 1642.[1]

« Après les tracés orthogonaux et militaires de l’urbs hygiéniste de la cité romaine puis la construction organisée de la ville close médiévale, il faut attende le XVII ème siècle pour qu’apparaissent un concept et un processus de fabrication de la ville.

 

Dessinés selon des schémas classiques empruntés à l’art des Jardins de Le Notre, les plans d’embellissement du XVIIIème siècle généralisent à l’échelle de la ville, les effets rayonnants des ronds-points et perspectives de Versailles. Reprenant le thème du salon ou du cabinet de verdure, les cours mails et allées plantées structurent l’aménagement urbain. Le caractère clos de cette figure convenant particulièrement bien à la mise en scène des nouveaux bâtiments publics mis en valeur au sein du quartier auquel ils appartiennent »[1]


[1] Extrait de l’article  Pour un nouvel Art Urbain paru dans la revue du CAUE de loire Atlantique décembre 2004


[1] Marcel Poète page 149


[1] L’esthétisme Haussmannienne par Françoise Choay et la ville de l’age industriel Histoire de la France urbaine Tome sou la direction de Maurice Agulhon Seuil 1983

[2] Urbanisme N° 351  page 63


[1] A noter que le mot Baroque est souvent employé et discrédité au profit du terme classique pour désigner tout ce qui a été produit en matière littéraire et artistique sous le règne de Louis XIV. A l’issue dune mente érosion, le Baroque sera supplanté par le Classique fondé sur la bienséance, le goût et l’élégance..


[1] Vitruve (Vitruvius en latin), architecte et ingénieur, rédigea au premier siècle avant J.-C. un traité d’architecture classique, De architectura, d’inspiration helléniste, qui par la suite fit loi à l’époque de la Renaissance, surtout en Italie. Traduit en italien dès 1521, son traité ne tarda pas de l’être en français pour répondre à l’influence qu’exerçait l’Italie sur l’architecture française.

[2] Exemple avec le château de Langeais qui avait été construits dès le XIème siècle. D’autres furent construits de toutes pièces comme Chenonceaux commencé en 1514. Revue 303 La Loire.

2 réponses à “La Renaissance

  1. Ce site est génial
    +1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s