LE BLOCAGE DES DIPLOMES EN URBANISME DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE SE POURSUIT ET S’AGGRAVE.


Par Eric RAIMONDEAU, Urbaniste Qualifié OPQU, Administrateur CFDU Ingénieur Territorial et Bernard LENSEL, Urbaniste et Architecte, Président de l’Association Urbanistes des Territoires. (Dossier mis à jour le 20 septembre et le 26 octobre 2012)

 Un contexte difficile depuis 2007 : 

On le sait depuis 2007. Les jeunes diplômés titulaires d’un Master 2 en Aménagement et urbanisme se voient bloquer l’accès au concours d’ingénieur de la fonction publique territoriale. Les textes mettent en exergue qu’ils ne disposent pas de la formation scientifique ou technique nécessaire pour exercer des missions d’ingénieur territorial.

 Pour accéder à la catégorie A, la seule solution qui s’offre à ce jour à eux consistent à passer le concours d’Attaché Territorial de la filière administrative. Concours qui, il y a quelques années s’est vu doté d’une spécialité urbanisme. Même si la filière administrative offre la possibilité d’accéder avec le temps au grade de Directeur Territorial puis par concours au grade d’Administrateur (A+) cette situation ne satisfait personne.

Des organisations de services Aménagement et des positionnements d’urbanistes incompréhensibles :

 Le seul moyen qui restait aux jeunes urbanistes, il y a encore quelques mois, pour accéder la filière technique consistait à passer le concours de technicien supérieur territorial de catégorie B. Après quelques années d’ancienneté, l’accès à la catégorie A et donc au grade d’ingénieur pouvait se faire par le concours interne ou la promotion interne.

 Cette analyse nous a été confirmée par des propos tenus par de jeunes urbanistes qui nous ont alertés sur leur situation. C’est ainsi que certains,  avec leur master2, ont passé le concours de Technicien supérieur, (niveau Bac) puis le concours de Technicien supérieur de 2ème classe (Niveau Bac +2), afin de se faire titulariser. Ils se retrouvent désormais, titulaire de la FPT,  positionnés en qualité de chef de projet voir même en position hiérarchique de chef de service (en principe occupé par des agents de catégorie A) avec un grade de Technicien Supérieur qui ne correspond en rien au niveau réel de compétences,  de responsabilités et d’ambition salariale auxquels ils pouvaient prétendre compte tenu de la formation suivie à l’université ou dans un institut d’urbanisme.

 Cette situation est la résultante de la volonté des Maires et des services de ressources humaines, qui n’ont trouvé que cette solution,  pour titulariser un agent, auparavant auxiliaire, qui leur donne toute satisfaction.

 Malgré la réussite à ce concours, la frustration est grande pour ces jeunes urbanistes après cinq années d’étude minimum après le bac.

 L’accès au concours de technicien territorial, dans sa formule antérieure, permettait aussi, à tous ceux qui s’arrêtaient au niveau de la licence ou de la maîtrise de passer ce concours. On retrouve d’ailleurs de nombreux jeunes qui l’ont passé et qui se retrouvent désormais en position d’assistant urbaniste d’un chef de projet ou d’un chargé de mission aménagement. On les retrouve aussi en nombre dans les services instructeurs des autorisations du droit des sols.

  Si rien n’est fait à court terme pour remédier à toutes ces évolutions statutaires,  on peut donc s’attendre à ce que dans les années à venir les services d’Aménagement et d’Urbanisme, constitués principalement d’Attachés Territoriaux, participent de ce fait à la montée en puissance  de l’urbanisme au sein de la filière administrative et ce, au détriment  d’un positionnement ancien de cette discipline dans la filière technique.

 Cette situation d’interdire le concours d’ingénieur territorial au jeunes urbanistes fraîchement diplômés, désoriente nos jeunes qui ne s’y retrouvent plus dans les conditions d’accès aux concours et la situation devient donc de plus en plus ubuesque et kafkaïenne

 Des organisations et des conditions d’accès aux concours d’attaché territorial et d’ingénieur globalement déroutante :

 Après avoir fait son deuil de pouvoir accéder au grade d’ingénieur, le jeune diplômé se résous parfois à passer le concours d’attaché. Mais là aussi des surprises l’attendent.

 Ainsi, lorsque l’on consulte certains avis d’ouverture au concours d’Attache Territorial, sur les sites des centres de gestion chargés d’organiser et de prendre en charge les inscriptions aux concours, on se rend vite compte que le nombre de postes, ouverts dans la spécialité administration générale, est très élevé par rapport à ceux ouverts dans la spécialité urbanisme et développement des territoires.

 Pour augmenter leur chance de réussite, les candidats urbanistes n’hésitent donc pas à s’inscrire sur la spécialité administration générale. Ils délaissent ainsi la spécialité pour laquelle ils sont allés pendant plus de cinq ans à l’université et ceci afin d’augmenter leur chance de réussite.

Cette anomalie que nous dénonçons n’est malheureusement pas la seule. Ainsi même si un jeune titulaire d’un master ne peut pas passer le concours d’ingénieur, il existe néanmoins une possibilité de la passer par le biais d’une incongruité qu’il convient de signaler. La lecture des notes d’information sur le concours d’ingénieur est à cet effet révélateur.

Après avoir énuméré les conditions de diplôme et rappeler les modalités pour faire reconnaitre leur expérience professionnelle auprès de la commission  d’équivalence des diplômes  deux phrases retiennent l’attention.

 Il est en effet précisé que :

Sont dispensés de toute  condition de diplôme :

Les pères et mères de famille d’au moins trois enfants qu’ils élèvent ou ont élevé effectivement : dans ce cas, il conviendra de joindre obligatoirement au dossier une photocopie complète et lisible du livret de famille

      Les sportifs de haut niveau figurant sur la liste publiée l’année du concours par le Ministère chargé des sports : dans ce cas, il conviendra de joindre obligatoirement au dossier une pièce justifiant de l’inscription sur cette liste.

 C’est ainsi qu’un urbaniste, contractuel depuis plusieurs années, et après avoir suivi la formation pour passer le concours interne, nous a fait savoir qu’arrivé à l’aube de la quarantaine, il a utilisé cette disposition, qu’il avait découvert un peu par hasard, pour passer le concours externe.

 Mais passer le concours par le biais de cette modalité montre aussi l’inégalité criante de traitement des candidats car toutes ou tous n’auront pas, ou ne sont pas prêts à faire, des enfants uniquement pour passer le concours externe d’ingénieur(e) territorial.

 L’impact du nouveau cadre d’emploi des techniciens sur la filière technique :

Le décret n° 2010-1357 du 9 novembre 2010 qui réforme la catégorie B Technique ne permet donc plus aux jeunes urbanistes de passer par la case « technicien »

 Suite à cette réforme, le cadre d’emploi des techniciens est constitué des grades de technicien territorial, technicien principal de 2ème classe et technicien principal de 1ère classe.

 Dorénavant pour passer le concours de technicien territorial il faudra être titulaire « d’un baccalauréat technologique ou d’un baccalauréat professionnel ou d’un diplôme de niveau IV sanctionnant une formation technico professionnelle ou d’une formation reconnue comme équivalente ».

 Même chose pour le concours de technicien principal de 1ème classe pour lequel le concours externe exige« un diplôme sanctionnant deux années de formation technico professionnelle ou d’une qualification équivalente dans les conditions fixées par le décret n°2010-1357 du 9 novembre 2010 »

 On voit donc bien que là aussi il y a homologie avec les conditions d’accès aux concours d’ingénieur. Le système est verrouillé et seules les personnes qui disposeront d’une formation secondaire technique peuvent maintenant se présenter aux épreuves.

 On retrouve un nombre important de baccalauréat, de DEUG et autres DUT qui ne permettent plus de passer ce concours. Cette réforme, élaborée par les services de l’Etat pour être appliquée par les collectivités territoriales, vient donc parachever pour la filière technique ce qui a été mis en place en 2007 pour l’accès au concours d’ingénieur.

 L’avenir des urbanistes dans la fonction publique territorial continue donc à s’assombrir.

Un contexte difficile pour les urbanistes dans la fonction publique territoriale :

 Jusqu’à ces derniers mois, en attendant de passer le concours, soit de technicien soit d’Attache Territorial, nombreux sont les urbanistes qui sont employés en qualité de contractuel. La aussi le contexte a évoluer défavorablement. Pour s’en convaincre il convient de lire et d’analyser l’article 41 de la loi n° 2012-347 du 12 mars 2012 relative à l’accès à l’emploi titulaire et à l’amélioration des conditions d’emploie des agents contractuels dans la fonction publique.

 Les conditions de durée de contrat se durcissent considérablement ce qui n’encouragera pas les collectivités à embaucher de jeunes contractuels et plus particulièrement dans le domaine de l’aménagement.

 Il faut voir au travers ces dispositions la volonté de l’Etat, qui se désengage de compétences régaliennes, de pouvoir placer plus facilement dans les services des collectivités territoriales une partie de ses agents face au transfert de compétences vers celles-ci. Transfert de Compétences qui risque encore de s’accentuer dans les mois et années à venir en raison de la réforme des collectivités annoncée par le nouveau gouvernement Ayrault.

 Avec cette réforme, le ciel s’obscurcit donc encore un peu plus pour les urbanistes sortant du système universitaire. Ils sont victimes du syndrome de la double peine.

Malgré les mobilisations en cours les décisions qui pourraient faire infléchir les textes législatifs récents et évoluer ce système risquent d’être reportées aux calendes grecques. Nul doute que l’obtention de se présenter au concours d’ingénieur territorial nécessitera une mobilisation encore plus forte et plus unitaire qu’actuellement de toutes les représentations officielles de toutes sensibilités qui regroupent des urbanistes au premier rang desquelles on trouve le Conseil Français Des Urbanistes et de son association membre Urbanistes des Territoires.

 Une vision conceptuelle purement technique de la ville n’est pas souhaitable. Une approche purement administrative ne l’est pas non plus. Face à cette situation, l’hypothèse d’un grade d’urbaniste territorial deviendra de plus en plus nécessaire.

Les derniers évènements graves survenus à Amiens montrent que la fabrique de la ville ne peut pas et ne doit pas se passer de l’esprit et de l’analyse des sciences humaines et sociales qui lui sont indispensables.

 Les urbanistes dans le contexte de crise qui s’annonce longue, et qui anticipe probablement un changement de paradigme de notre société dite moderne, devront « construire une ville équilibrée ou la justice sociale[1] » sera«  un impératif.» Ils devront aussi imaginer pour la ville de demain une ville « plus dense mais aussi agréable pour ses habitants, respectueuse de la nature en ville et des besoins en terme de logements »

 Face au défi lancé pour améliorer la vie des gens, l’unité des urbanistes de toutes générations et tous modes d’exercice confondus est donc plus que jamais nécessaire pour faire pleinement reconnaitre notre métier.

Mis à jour le 20 septembre et le 26 octobre 2012.


[1] Entretien avec Cécile DUFLOT «  Le logement est un bien de première nécessité » dans le Nouvel Observateur Du 23 aout 2012 n°2494 page 52 et 53

Publicités

Une réflexion au sujet de « LE BLOCAGE DES DIPLOMES EN URBANISME DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE SE POURSUIT ET S’AGGRAVE. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s