Un usager rompt avec humour avec la SNCF qui lui répond sur le même ton. Sympa.


Excédé par les retards de train et les tarifs qu’il juge exorbitants, un abonné de la ligne Rouen-Paris déclare à la SNCF qu’il part. Elle lui répond.

Un TGV dans la gare de Lyon.

Source : www.lepoint.fr

Les réseaux sociaux rendraient-ils les entreprises capables d’autodérision ? Mercredi dernier, un usager, las des retards et des augmentations des tarifs pratiqués par la SNCF, publie sur la pageFacebook de l’entreprise publique un texte en forme de lettre de rupture. « Très chère SNCF, cela me déchire le coeur, mais il faut que je vide mon sac. Voilà quatre ans que notre relation dure. On a eu des plats et beaucoup de bas », commence le texte de Xavier Leboulanger. « Chaque année, depuis quatre ans, tu insistes pour me faire payer un peu plus. Quand je reçois ta missive m’annonçant la douloureuse, je regarde l’année écoulée en me demandant ce qui peut bien justifier cette hausse », se plaint cet « abonné Rouen-Paris », comme il se définit lui-même. La « missive » s’achève sans équivoque : « Ce petit mot pas doux pour te dire que, toi et moi, on se sépare et on ne restera pas bons amis. Bien sûr, par la force des choses, je serai contraint de passer ponctuellement par toi, mais je t’assure que le coeur n’y sera pas. »

« Je comprends ta lassitude… »

Par l’entremise de son community manager, la SNCF a répondu par un texte plein d’humour, laissé en commentaire, en gardant le ton de la lettre de Xavier Leboulanger. « On dit que l’amour dure trois ans… Et pourtant, nous avions réussi à attiser la flamme quatre ans durant. Mais au bout de tant d’années, je comprends ta lassitude… Tu auras sans doute du mal à me croire, mais chaque jour, j’essaie de m’améliorer, de satisfaire tes attentes du mieux possible », se justifie l’entreprise.

Au passage, la SNCF profite pour communiquer intelligemment : « Peut-être que si l’on communiquait davantage toi et moi, nous arriverions à dépasser tous les problèmes que tu évoques et qui, malheureusement, me desservent auprès de toi et de bien d’autres. C’est pourquoi je compte sur toi, une fois les rénovations terminées, pour me remonter tes impressions au quotidien icihttp://www.intercites.sncf.com/contactez-nous. »

Les deux « ex » échangeront ensuite d’autres messages, dans lesquels il sera surtout question de chansons (Tout de Lara Fabianou encore Je te survivrai de Jean-Pierre François). Une manque à l’appel, pourtant de circonstance : Ne me quitte pas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s