Salon de l’agriculture: Hollande sous les huées des agriculteurs


Sale temps pour le président de la République qui, ce samedi 27 février 2016, de bonne heure, a commencé sa traditionnelle visite annuelle au salon de l’agriculture.

Le contexte de cette année se fait dans la colère, compréhensible, des agriculteurs qui, chaque jour, souffrent un peu plus de leurs conditions de vie difficile.

LA GRANDE DISTRIBUTION EN ESSOREUSE DES PRIX:

Ils sont sous le joug de la grande distribution qui leur impose des prix très bas.  Quand on entend que des produits ont été vendus trois ou cinq fois plus cher que ce qu’ils ont été achetés au producteur on se dit, qu’en France, il y a quand même un problème.  Mais nous avons aussi en France un véritable renchérissement des coûts notamment dans l’agriculture en raison du poids des normes et réglementations de toutes sortes qui renchérissent les coûts de production.

La grande distribution est aussi fautive quand elle  n’hésite pas non plus à aller chercher des produits dans d’autres pays européens pour obtenir des prix toujours plus bas. Dans les rayons des supermarchés, il est de plus en plus difficile de trouver de la viande française. Et, quand il y en a, elle est plus chère et n’attire donc pas la convoitise des clients que nous sommes.

On constate un phénomène similaire dans les restaurants. Ils affichent  désormais la provenance de leur viande. Je suis très souvent surpris quand j’en commande que la viande provient souvent d’Allemagne. Parfois quelques établissements osent proposer de la viande française mais on constate dans le même temps que le menu est plus cher. Mais face à une viande française très tendre, il est facile de se laisser tenter par un plat de qualité supérieure qui permet  aussi un geste de solidarité envers nos agriculteurs.

UNE INTERVENTION AUPRÈS DE L’EUROPE POUR SOLUTIONNER LA CRISE :

« Ce salon est celui d’une crise exceptionnelle qui dure » a déclaré le Président de la République lors de sa visite chahutée au salon le samedi 28 février 2016. Certes, il n’est pas le seul responsable de la situation mais qu’à -t-il fait depuis le début de son quinquennat pour venir en aide aux agriculteurs ? Pourquoi ne s’est il pas manifesté auprès de l’Europe ? Pourquoi n’a-t-il pas fait comme David Cameron, le premier ministre anglais, qui à l’image d’une Margaret Thatcher des années 80  a obtenu des dispositions pour maintenir son pays dans l’UE.

De même, le gouvernement sous l’autorité du Président de la république aurait pu, par exemple, diminuer les normes et réglementations superfétatoires qui renchérissent le coût de travail et/ou qui complexifient le travail quotidien. Surtout que les directives européennes sont durcies quand elles sont transposées dans le droit français. C’est le mal français de complexifier alors que l’on peut faire simple.

Certes, des mesures ont été annoncées il y a quelques jours. Mais ce sont encore et toujours des mesures budgétaires  de court terme (un pansement sur une jambe de plâtre) alors que ce sont des mesures structurelles et profondes qu’il conviendrait de mettre en œuvre (comme dans d’autres domaines de l’économie d’ailleurs).

DES PAROLES MAIS UN FÂCHEUX SENTIMENT D’IMPUISSANCE :

« La colère je l’entends, je la comprends » Cette jolie parole et ces mots quand on les écoute pourraient présager une lueur d’espoir pour les mois à venir.  Mais quand on prend la totalité des propos du Président, on ressent un fâcheux sentiment d’impuissance politique face à l’Europe et aux lobbies. Un sentiment de déjà entendu sans qu’aucune amélioration n’ait été ressentie par la profession. Bref tout ce qui décrédibilise la classe politique aujourd’hui et qui fait que, malheureusement, les gens n’y croient plus et constate une impuissance politique face à l’Europe, aux lobbies de toute nature (distributeurs, grande distribution, fournisseurs etc.etc.

On verra bien si, dans les prochaines semaines, ces propos ne sont que des mots enrobés d’une bonne intention ou  si des démarches sont réellement engagées pour que les agriculteurs, ces jardiniers de la France, soient enfin entendus et écoutés.

Rédigé le samedi 27 février 2016.

Advertisements

A propos urbanismeamenagementfiscalite

Ingénieur Principal dans la fonction publique territoriale. Urbaniste qualifié OPQU. Vice président de l'association Urbanistes des Territoires. Membre du conseil d'administration du Conseil Français des Urbanistes (CFDU) Consultant pour le Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT)
Cet article, publié dans Billets d'humeur - Editorial, Informations diverses, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s