Jacques Lévy : « Ce qui compte, ce n’est pas le nombre de lieues accumulées, mais notre capacité à dessiner des liens entre les lieux »


TRIBUNE. En imaginant pour « Le Monde » le paysage d’une ville au-delà de l’automobile, le géographe Jacques Lévy dessine un nouvel art de vivre la mobilité « pas à pas », vade-mecum pour un piéton redevenu attentif à son environnement le plus immédiat.

Source : Jacques Lévy : « Ce qui compte, ce n’est pas le nombre de lieues accumulées, mais notre capacité à dessiner des liens entre les lieux »

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.