Catégorie : Projet urbain – urbanisme

Entretien / « L’urbain semble être partout, sauf dans cette campagne présidentielle » : Urbanités

Il y a eu des périodes dans l’histoire de la Ve République au cours desquelles la question urbaine était une question politique, notamment dans les années 1970. Le PSU (Parti socialiste unifié) a émergé et s’est structuré autour des questions et des luttes urbaines. Dans le programme commun Parti socialiste-Parti communiste de 1972, la question urbaine fait l’objet d’une politisation, même lorsqu’elle est abordée sous des angles très techniques comme le financement du logement social. Aux élections municipales de 1977, le Parti socialiste, a ce slogan « Changer la ville, changer la vie »1. Tout ceci s’inscrit dans un contexte d’urbanisation….read more : Source :Entretien / « L’urbain semble être partout, sauf dans cette campagne présidentielle » : Urbanités

Jean Nouvel : « Pour sauver les banlieues, il faut contenir l’expansion urbaine »

Dans une tribune au « Monde », l’architecte expose les deux défis essentiels qui attendent le futur chef de l’Etat : sanctuariser les terres agricoles et forestières ; réinvestir la banlieue et y faire le choix résolu de la culture.

Source : Jean Nouvel : « Pour sauver les banlieues, il faut contenir l’expansion urbaine »

Lotissements : le seuil de recours à l’architecte paru au « JO » – Règles d’urbanisme

 

C’est, sans surprise, au-delà de 2 500 m² de de surface de terrain à aménager qu’il faudra faire appel à un architecte pour établir le projet architectural, paysager et environnemental d’un loti

Source : Lotissements : le seuil de recours à l’architecte paru au « JO » – Règles d’urbanisme

Reconversion d’un site industriel – visite du site ex -Tréfimétaux à Couëron(44220) en Médiathèque

Dossier complété le 20 octobre 2013 suite à la journée Portes Ouvertes du 19 octobre qui a permis de découvrir la transformation de la Grande Halle en Médiathèque. Cette grande Halle industrielle et sidérurgique qui était dénommée « palais de la sueur » par les anciens travailleurs qui étaient présents à cette journée.  La  qualité des matériaux utilisés et l’acoustique de ce volume en feront un endroit agréable pour lire. (voir les photos en bas d’article) Le déménagement  des livres et ouvrages vers ce nouvel équipement s’effectuera en janvier 2014.

DSC05849

Cette promenade urbaine, suivie par un groupe d’un peu plus de vngt personnes, était organisée par l’association des Urbanistes du Grand Ouest (AUGO). L’association nationale Urbanistes des Territoires s’était jointe pour l’occasion à cette visite. (Voir galerie de photos en fin d’article)

Devant la Tour à Plomb, classée monument historique depuis 1993,  et symbole emblématique du site : de gauche à droite : Vincent Morandeau, Président d’AUGO, Jean Cormerais, Ajoint de la ville de Couëron en charge de l’urbanisme, et Eric Raimondeau, Vice Président d’Urbanistes des Territoires.  

C’est dans une des salles créées dans cet espace culturel et associatif que l’opération nous a été présentée par Emmanuelle Patin chargée  d’opération à la société Loire Océan Développement, Jean Cormerais, adjoint à l’urbanisme, et Patrick Naizin adjoint  la démocratie locale.

Le site : 

Depuis le milieu du 19ème siècle et jusqu’à la fin des années 1980, il a été  par une activité industrielle métallurgique. Les ouvriers qui travaillaient sur ce site eurent recours à des conflits sociaux durs et parfois longs pour défendre leurs droits fondamentaux et améliorer leurs conditions de travail.

1860 : Achèvement de la vieille usine pour le traitement du minerais

1877 : Agrandissement de la nouvelle usine en lein avec les mines de pontgibaud et création de la tour à plomb

1914  à 1918 : Fabrication d’artillerie pour la guerre

1930 : le site devient l’une des usines les plus importantes dans le traitement du plomb et comprend près de 1000 salariés 

1939-1945  : Production d’armement

1958 : L a tour à plomb cesse son activité

1955-1972 : Fusion de l’usine avec de grands groupes industriels dont Tréfimétaux

1988 : fermeture de l’usine. Lire la suite

Le Vieux-Port de Marseille rendu aux piétons – Aménagement – LeMoniteur.fr

Le 2 mars est inaugurée, par l’ensemble des collectivités qui ont pris part à la réalisation de ce chantier, la semi piétonisation du Vieux-Port menée tambour battant (9 mois seulement de travaux) et aujourd’hui complètement achevée avec l’ombrière de Norman Foster.

Lire la suite  :  Le Vieux-Port de Marseille rendu aux piétons – Aménagement – LeMoniteur.fr.

Marseille : friche et culture ont-elles vraiment changé la Belle-de-Mai ?

Publié le vendredi 11 mai 2012 à 11H40 Source : laprovence.com

Le complexe culturel est en plein chantier pour 2013. Mais en 20 ans d’existence, la greffe a-t-elle pris dans le quartier ?

La Friche accentue son ouverture sur le quartier comme ici lors de l'événement Marsatac.

La Friche accentue son ouverture sur le quartier comme ici lors de l’événement Marsatac. Photo Nicolas Vallauri

 En 1992, c’était un squat artistique aménagé dans les anciennes manufactures des tabacs de la Seita. Vingt ans après, l’îlot 3 de la Friche de la Belle-de-Mai emploie 450 salariés et abrite 80 structures de théâtre, danse, arts plastiques, multimédia.

Le site, qui sera l’un des grands pôles de l’année capitale en 2013, entame la 3e phase de son aménagement, dont l’élément le plus spectaculaire est la construction de la tour Panorama dessinée par Matthieu Poitevin. Mais quel a Lire la suite

EuroRennes, un projet urbain autour de la gare

jeudi 08 avril 2010 Source : www.ouest-france.fr

« Au XIXe siècle, l’arrivée du train a bouleversé la topographie existante. La ville a alors été coupée en deux, avec un dénivelé important entre le nord et le sud »,rappelle Louis Paillard, architecte-urbaniste du cabinet FGP (Jacques Ferrier, Philippe Gazeau et Louis Paillard), en charge du projet EuroRennes avec l’agence Ter, paysagiste. La ligne à grande vitesse arrivera à Rennes en 2014, et fin 2018 la ligne B du métro sera livrée. Deux événements majeurs qui augurent un doublement de la fréquentation actuelle de la gare, qui passerait de 60 000 à 120 000 passagers par jour. D’où la nécessité de restructurer la gare actuelle, qui avait été Lire la suite

Strasbourg : Partez à la découverte de la Neustadt

Hervé Doucet, spécialiste en histoire de l’architecture, en compagnie de Nadège et Blandine. G. Varela / 20 Minutes

Patrimoine Six étudiants en histoire présentent samedi les richesses architecturales du quartier

Cent trente ans après sa construction, le quartier de la Neustadt n’a pas livré tous ses secrets. Une dizaine d’étudiants strasbourgeois en histoire de l’art et de l’architecture ont inventorié plusieurs bâtisses, édifiées rue de l’Université et rue Goethe, entre 1880 et 1902 du temps de l’annexion. « On a étudié les façades, leur style parfois ostentatoire destiné à séduire les futurs locataires. On a aussi travaillé aux archives de la CUS où l’on a eu accès aux plans de l’époque. On a pu consulter des annuaires pour savoir qui habitaient ces immeubles », raconte Blandine Schwetta qui, samedi, jouera les guides historiques au côté de Lire la suite