Eloge de la marche : six écrivains racontent ce qui les fait avancer

 

Mettre un pied devant l’autre relève du geste quotidien. Mais la marche va bien au-delà du simple exercice physique. De la flânerie à la méditation, de l’épreuve de courage à l’introspection, six écrivains nous racontent le sens de « leur » marche.

Source : Eloge de la marche : six écrivains racontent ce qui les fait avancer

Publicités

Les urbanistes veulent des villes aimables….et en transition-Innovapresse

Universités des urbanistes à Brest : Retrouvez l’article paru à ce sujet dans Innovapresse dans lequel le Président du Conseil Français des Urbanistes (CFDU) Philippe DRUON  répond à deux questions :  cliquez sur : UEU Brest 2017innovapresse 

Les jeunes diplômés des filières de master en urbanisme et aménagement ont profité de la récente réorganisation due de la loi ALUR

 Commentaire du gestionnaire du blog.

Vous pouvez lire ci-dessous le texte commun préparé de façon conjointe par Urbanistes des Territoires (UT) et le Collectif National  des Jeunes Urbanistes. C’est de ce texte que s’est inspiré le CNJU pour faire apparaitre un communiqué dans la  Gazette des Communes du 1er septembre. (Publié le 29 aout sur le site de cette revue)

L’association URBANISTES DES TERRITOIRES travaille pour l’avenir de la profession d’urbaniste tous territoires et tous modes d’exercices confondus.

Je réagis également sur ce qui me semble être une méconnaissance du contexte territorial et de son évolution depuis le début des années 2000. Pour ma part, ce n’est pas le loi ALUR, par ailleurs loi fourre-tout qui a complexifié et alourdi de la droit de l’urbanisme, qui a réorganisé « la maîtrise d’ouvrage voulue par la loi ALUR » comme il est dit de manière imprécise ci-dessous?

Trois lois majeures ont modifié sur le fond le contexte territorial.

Tout d’abord la loi d’orientation pour le développement et l’aménagement durable du territoire (LOADDT) dite loi Voynet (Loi N°99-533 du 25 juin 1999 modifiant la loi N°95-115 du 4 février 1995) Cette loi incitait notamment à la création de Pays en complément des ensembles urbains.

Ce fut ensuite la Loi Relative au renforcement et à la simplification de la coopération intercommunale dite Loi Chevènement (Loi N° 99-586 du 12 juillet 1999) Cette loi a engagé une recomposition du paysage territorial en créant trois formes principales d’intercommunalité (communautés de communes, d’agglomérations et Urbaines) Le transfert de compétences et de personnels, qu’occasionnèrent les créations de ces intercommunalités, a chamboulé les habitudes et les façons de faire d’élus qui pour les plus anciens avait pris gout au pouvoir que leur avait délégué en 1983 les lois de décentralisation.  

La troisième loi est celle relative à la solidarité et au renouvellement urbain (Loi N° 2000-1208 du 13 décembre 2000) Cette loi par les nouvelles réglementations et prescriptions aux collectivités ont obligé celles-ci à se réorganiser et à renforcer leurs services.

Ces trois lois, première étape d’une réforme en profondeur du paysage territorial ont véritablement enclenché, impulsé et ouvert une nouvelle page de la longue histoire des collectivités territoriales et des communes depuis leur création à la révolution.

D’autres lois ont aussi nécessité une adaptation permanente des collectivités. On ne peut bien sur pas les passer sous silence dans cette analyse comme par exemple la loi Relative à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral    (Loi n° 2015-29 du 16 janvier 2015)

On pourrait citer aussi les lois relatives à la deuxième étape de la décentralisation, des Grenelles de l’environnement mais aussi de la Loi relative à la modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (1) et bien d’autres encore qui outre les problématiques d’organisation ont « permis l’émergence de nouvelles compétences et expertises » dans les collectivités territoriales.

Pour l’emploi : on ne peut que se réjouir de lire que les jeunes urbanistes ont trouvé des postes dans la fonction publique. Les intercommunalités ont beaucoup recruté. Sans doute même un peu trop car il a fallu remplacer, entres autres, les nombreux départs à la retraite de ces dernières années. Face aux restrictions budgétaires, les élus vont devoir se mettre en tête qu’ils devront faire au moins aussi bien, sinon mieux, mais avec  des moyens budgétaires en nette baisse.

Voici donc ci-dessous le texte commun UT et CNJU:

Sur le marché de l¹emploi, les urbanistes ont pleinement profité de l¹effet d¹aubaine de la loi ALUR. C¹est ce que révèle une enquête  Enquête 2006 chiffres clefs détail 665 emplois diplômes Master   menée par le collectif national des jeunes urbanistes (CNJU) auprès des urbanistes diplômés de master urbanisme et aménagement. Menée au cours de l¹été 2016 auprès de 943 diplômés de 2013, 2014 et 2015, l¹enquête montre que les principaux employeurs de ces diplômés restent les collectivités locales et la consultance privée en maîtrise d¹ouvrage (cabinets de conseils, bureaux d¹études). Ces deux catégories représentent ainsi

Lire la suite

Le Master Urbanisme et Aménagement : qualification de référence des urbanistes

 Commentaire du gestionnaire du blog :

Vous pouvez lire ci-dessous le communiqué commun préparé de façon conjointe par Urbanistes des Territoires (UT) et le Collectif National  des Jeunes Urbanistes (CNJU) C’est de ce texte que s’est inspiré le CNJU pour faire apparaitre un communiqué dans la Gazette des Communes du 1er  septembre.

L’association URBANISTES DES TERRITOIRES travaille pour l’avenir de la profession d’urbaniste tous territoires et tous modes d’exercices confondus.

 Comme il est dit dans ce communique, ce serait une très bonne chose qu’un « diplôme national de Master mention « Urbanisme et Aménagement », accrédité par le ministère de l’Enseignement supérieur et bien identifié par les employeurs, soit reconnu comme la qualification professionnelle d’urbaniste » car il faut bien admettre que le processus de la  qualification délivrée par l’Office Professionnel de Qualification des Urbanistes (OPQU) n’est pas adapté à la spécificité des pratiques des urbanistes de l’État, des collectivités et du para-public* comme nous avons déjà eu l’occasion de le remarquer il y a déjà cinq ans, lors de nos échanges avec les responsables de cet organisme. 
* Soit plus de 60% des professionnels en exercice en France.
Communiqué du CNJU et d’UT, lundi 21 août 2017
Sur le marché du travail, la profession d’urbaniste s’organise en France avec le recrutement, chaque année, de plusieurs centaines d’urbanistes diplômés d’un Master en urbanisme et aménagement. C’est ce que démontrent les enquêtes* conduites en lien avec les établissements d’enseignement supérieur depuis plusieurs années.
Enregistrés par les établissements d’enseignement supérieur au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP), les diplômes nationaux de Master sont accessibles en formation initiale, continue et par la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE). Cadre de référence unique, le RNCP confère à ces diplômes, la valeur de qualification professionnelle en France et en Europe (Espace européen de l’Enseignement supérieur – processus de Bologne).
 La réflexion en cours sur la création d’un Titre professionnel d’urbaniste doit impérativement en tenir compte.
 Dans le cadre du groupe de travail constitué sur le sujet et animé par le président du Conseil Français des Urbanistes (CFDU), le Collectif National des Jeunes Urbanistes (CNJU) et Urbanistes des Territoires (UT) souhaitent appuyer les positions suivantes :
  1. Il est nécessaire de créer un Titre professionnel d’urbaniste inscrit au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).
  2. Ce Titre professionnel d’urbaniste doit être directement accessible par l’obtention d’un diplôme national de Master mention « Urbanisme et Aménagement » inscrit au RNCP.
  3. Pour les urbanistes professionnels qui ne sont pas titulaires d’un diplôme national de Master mention « Urbanisme et Aménagement » certifié, il est nécessaire de mettre en place des dispositifs transitoires et une démarche adaptée de Validation des Acquis de l’Expérience (VAE).
  4. La création d’un cadre d’emploi d’urbaniste territorial, accessible via un concours ouvert aux titulaires du Titre professionnel d’urbaniste, doit être mise à l’agenda en concertation étroite avec le conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT) et les associations de collectivités locales compétentes en urbanisme.

Parallèlement, les principales fédérations d’employeurs d’urbanistes (AMF, AdCF, FédéSCoT, FNAU, FedEPL, CINOV, ACAD) ont constitué un groupe de travail sur la

Lire la suite

Vignette auto : le passé a de l’avenir ! – Jean Luc Boeuf – Spécialiste des Collectivités Territoriales – Jean Luc Boeuf – Spécialiste des Collectivités Territoriales

Alors que l’Etat va « donner » 10 milliards à 80% des ménages pour l’exonération de leur taxe d’habitation, il peut bien récupérer quelques centaines de millions d’euros par an, à l’occasion de l’achat d’un véhicule, non ? Un seul article dans la presse quotidienne nationale aura suffi pour réveiller l’automobiliste qui sommeille en chacun de nous […]

Source : Vignette auto : le passé a de l’avenir ! – Jean Luc Boeuf – Spécialiste des Collectivités Territoriales – Jean Luc Boeuf – Spécialiste des Collectivités Territoriales